Violences à Cité Soleil : 322 morts, blessés et disparu selon les Nations Unies

Le Bureau Intégré des Nations-Unies en Haïti présente un nouveau bilan des actes de violences enregistrés entre le 24 avril et le 16 mai 2022, dans plusieurs communes de la région  métropolitaine de Port-au-Prince, notamment Cité Soleil, Croix-des-Bouquets et Tabarre, en proie à une vague de violences sans précédent en raison de luttes de territoire entre gangs lourdement armés.

« Selon les informations recueillies par le Bureau Intégré des Nations-Unies en Haïti, en moins de trois semaines, plus de 226 résidents ont été tués, blessés ou ont disparu (201 hommes, 14 femmes et 11 enfants). À ces chiffres s’ajoutent au moins 96 morts et blessés parmi les éléments des gangs. Également près de 16.000 personnes ont été contraintes de fuir leurs habitations pour se réfugier dans des sites de fortune ou chez des proches», détaille un rapport du BINUH.

Des dizaines de cas de violence sexuelle ont aussi été rapportés. Ces actes sont l’œuvre des groupes criminels très connus, soulignent les Nations Unies citant notamment les gangs « Chen Mechan » et « 400 Mawozo » et leurs alliés respectifs,  « G9 en famille et alliés) et « G-Pèp ». Les leaders de ces gangs sont aussi des bandits notoirement connus, souligne le rapport.

Alors qu’il est très reproché d’avoir facilité la fédération des gangs en Haïti, le BINUH a fait savoir que les alliances entre gangs leur ont permis de coordonner certaines attaques simultanément dans plusieurs quartiers et de maintenir leurs opérations sur une période de trois semaines, avec quelques jours de répit.

« Ces alliances ne sont pas nouvelles dans la mesure où elles étaient devenues un enjeu de première importance au cours de l’administration du Président Jovenel Moise en mettant aux prises différents gangs autour de luttes d’influences. », estime le BIBUH. Il dénonce le fait que les récents affrontements enregistrés à Cité Soleil, Croix-des-Bouquets et Tabarre illustrent qu’ils se poursuivent et se sont même renforcés avec probablement l’implication d’acteurs politiques et économiques, voire d’anciens éléments de la police, déjà à l’œuvre à l’époque.

Ce cycle de violence doit absolument être arrêté et des actions doivent être prises dans les plus brefs délais pour lutter contre cette impunité et rétablir les victimes dans leurs droits, réclame le bureau intégré des Nations Unies. 

 

You May Also Like
Read More

Les documents exigés pour la publication de l’arrêté nommant les membres du Conseil présidentiel de transition  sous les auspices de la CARICOM  ont été transmis au Conseil des ministres pour publication, a confirmé Abel Descollines, porte-parole du groupe de concertation, signataire de l’accord du 21 décembre

Actualité à la une : Les documents exigés pour la publication de l’arrêté nommant les membres du Conseil présidentiel…